Les participants

Clara J

24/04/2018 - 20 ans - FRANCE - 75018

Roule, roule, je vais m'asseoir

Je vais m’asseoir. Oui, vous avez bien lu. Moi, super méchant, je vais m’asseoir. Et je prendrai un Sex on the Beach avec cela, s’il vous-plaît. À quoi est-ce que vous vous attendiez au juste ? Autant vous prévenir tout de suite : si vous pensiez assister à des tempêtes de titanesques, des flots de folie, ou bien des cascades de colère, vous pouvez passer votre chemin. Je suis un super méchant plutôt calme, serein, en paix avec moi-même. Moi, des scrupules ? Pourquoi en aurais-je ? Après tout, je ne fais rien de mal. Je suis juste là, mes fesses dodues caressant amoureusement le vieux cuir du fauteuil d’arrière-grand papa. Ah, mon cocktail, enfin ! Bien, pour être tout à fait honnête, je vais faire un peu plus que de rester assis. Je vais siroter. Siroter et regarder. Regarder en sirotant. Siroter mon cocktail. Siroter mon cocktail en regardant. En te regardant. Toi. Oui, je vais t’observer, te scruter, te voir échouer. Il n’y a rien de plus délicieux que de te voir échouer. Si faible, si vulnérable. Quel énorme pied ! Si tu savais comme je ris de te voir, chaque jour, combattre le monde de tes petits bras, hurler à l’injustice de ta voix frêle, imperturbable. Oh non ! Ne t’arrête surtout pas ! Tu es si… gentil. Ne m’enlève pas ce délectable plaisir ; celui de te voir, après ton énième chute, te relever, encore et encore, à l’infini, et continuer ta lutte contre le temps. Pour rien au monde je ne te dirais la vérité maintenant. J’attendrai le néant, pour enfin sortir de mon trou et jeter la réalité, pourtant limpide, à tes pieds enfin immobiles. « Alors, ne le savais-tu pas ?, dirai-je, Ne le savais-tu pas que toi et ton armée aveugle, vous étiez tous voués à perdre ? Qu’est-ce que tu croyais ? Que toutes ces erreurs allaient restées impunies ? » Oui, oui, je sais, c’est pas toi, c’est pas de ta faute, gnagnagna, c’est tes parents, victimes de la société de consommation, tes grand-parents, ces tartufes, ou même encore ta vieille tante du Limousin et son braconnier de mari. Mais fous-leur donc la paix ! Et puis quoi ? Qu’est-ce que tu as à pleurnicher ? J’aurais pu me bouger aussi, dis-tu ? J’aurais dû chier dans un trou pour faire de l’engrais, peut-être ? Bouffer des feuilles et des insectes ? Ou… Ou aller construire des cabanes dans les bois et chanter autour du feu tel un parfait petit scout, histoire de « resserrer mes liens avec la nature » ? Non... non, arrête, mon Sex on the Beach commence à remonter. Je suis bien mieux là où je suis. Parce que c’est ce que font les super méchants de chez nous, vois-tu. On ne bouge pas. On attend que tout finisse. On s’exalte devant votre connerie. Chut, tais-toi. Tais-toi maintenant, et roule ! C’est le moment où tu es censé te casser la gueule et, avec un air de parfait idiot, en redemander, la bouche ouverte, les bras ballants. Allez, roule, roule. Je vais gaiement taper du pied, en rythme avec le son lourd et répétitif de ton acharnement inutile. Et qu’on m’apporte un deuxième verre !

J'aime | 96