Les participants

clacla77

11/03/2018 - 15 ans - FRANCE - 77500

PRESQU'AU BOUT DU ROULEAU

Aujourd'hui, c'est décidé, je vais te faire chier. Après avoir été si souvent au bout du rouleau dès le matin au réveil à cause de ta légendaire négligence, j'ai la ferme intention de me venger et de ne te laisser aucune chance. Voilà déjà deux jours que j'élabore mon plan d'attaque, tout est prévu dans les moindres détails. Etant absente jeudi matin, le piège doit être prêt mercredi soir afin que ses effets se révèlent jeudi matin à la première heure lorsque tu seras seul face à toi-même tout comme je le suis à chaque fois que cela m'arrive. Mardi soir, en sortant du boulot, je suis passée chez Léonie chercher de belles feuilles de chou bien vertes. Elles sont parfaites pour faire cette soupe dont tu raffoles tant et dont les effets indésirables provoquent sur ton organisme des résultats incroyables. En plus, le chou, c'est détox, tu ne pourras donc même pas me reprocher de ne pas prendre soin de ta ligne ! Aujourd'hui mercredi, c'est la journée des enfants et surtout celle de la réalisation de ma recette. Je ne pense qu'à cela depuis mon réveil. Il est 16h00, j'ai tout préparé sur la table de la cuisine. Je commence par laver les feuilles (juste ce qu'il faut pour ne pas gaspiller d'eau), puis je les coupe en fines lamelles en évitant de m'entailler un ongle (quoique ce ne serait pas si grave, au pire tu ne risquerais juste qu'une appendicite en plus), j'y ajoute trois patates (surtout pas plus sinon le chou perdrait ses pouvoirs, si vous voyez ce que je veux dire) et je laisse macérer le tout pendant une heure. La phase de macération étant terminée, je mets la préparation à cuire sans oublier d'y ajouter sel, poivre et surtout piri-piri car un peu de piquant accentuera ton calvaire. Voilà, c'est parti pour une heure de cuisson, juste le temps pour moi de lire les dernières recettes de mon magazine préféré et m'appliquer à préparer mon précieux petit rouleau rose à feuille unique. Le fumet qui se dégage de la marmite m'indique que la cuisson est terminée. Je passe donc à l'ultime étape de ma recette c'est-à-dire le moulinage pour tout réduire en un liquide verdâtre, un peu épais avec juste ce qu'il faut de piquant. Je regarde la pendule, il est 19h30, la sonnette retentit, tu entres, me dis bonsoir et t'attable sans perdre une minute. Oh ! tu te régales, c'est beau à voir et tu te ressers même une seconde fois, c'est merveilleux. Tu dépasses mes espérances. Je me suis toujours dis que je pouvais compter sur toi dans les moments importants. Jeudi : 8h00, tu te lèves comme d'habitude, tu vas aux toilettes, bien plus pressé que d'habitude. Moi je pars toujours aussi pressée que d'habitude, seulement tu n'auras pas remarqué l'unique feuille agrippée au rouleau de PQ que j'ai remplacé discrètement avant de partir bien trop accaparé par l'urgence de soulager tes intestins qui crient douleur. Et voilà comment ce matin, pour une fois, c'est toi qui t'es retrouvé au bout du rouleau pour la journée. Je n'ose imaginer la scène et pourtant j'essaye quand même. Je sors du métro, j'arrive au boulot, mais avant de franchir la porte, je t'envoie un SMS : " Alors, ça va ? ". Bien sûr, tu ne peux pas me répondre puisque tu es dans la merde.

J'aime | 260