Les participants

Sparrow

11/04/2018 - 12 ans - BELGIQUE - 2000

Horrible-méchant

Si j'étais un super-méchant, je volerais tous les pouvoirs des super-héros - après tout, je ne vais pas me gêner-. Je volerais le pouvoir de téléportation (parce que c'est vraiment énervant de devoir marcher des heures). Je volerais aussi le pouvoir de stopper le temps : comme ça, je pourrais prendre des vacances quand je veux et je pourrais regarder mon livre en plein milieu d'un examen. Attention, moi, je ne suis pas Robin des Bois : ce que je vole, je le garde ! Comme le dit cette citation super connue : « Voler c’est voler, mais reprendre.... c’est pas gagné ». Si j’étais un super-méchant, je pourrais réaliser tous mes rêves. Eh oui ! Il y en a qui, depuis gosse, rêvent de devenir super-héros. Moi je rêve de leur saboter la vie. Si ce sujet a été donné pour repérer les futurs psychopathes, je vous rassure immédiatement : je ne compte tuer personne... Réfléchissez un peu (si vous en êtes capable) : si je tue tout le monde, qui pourrais-je dominer ? Si j’étais un super-méchant, je rappellerais à ma professeur de maths - la prochaine fois qu’elle me demandera combien font 6 fois 7 - qu'étant l’élève, j’étais supposée poser les questions. Et je demanderais à mon professeur d’anglais pourquoi il est professeur, alors qu'il déteste tant les enfants. Je ferais comme tous les gens très riches : je ne travaillerais jamais et j'ordonnerais aux autres de travailler. Si j’étais un super-méchant, je ferais faire des lignes à mes parents, dès qu’ils diront une de leur « petites manies de phrase » du genre : « Sois polie » , « Range ta chambre » ou pire encore « E-cou-te ta mère ». Des lignes pour qu’ils comprennent ce que nous, pauvres écoliers, devons supporter tous les jours. Si j’étais un super-méchant, je pourrais changer tous ces slogans, films ou livres avec leurs morales stupides, genre « L’Amour est la seule chose importante » ou « Quand on est pauvre, on a tout ce dont on a besoin »... Allez leur demander leur avis, à ces héros de films sans le sou ou amoureux. Je suis sûre qu’ils vous répondront que c’est vrai, qu'ils n'ont pas besoin de foyer ou de nourriture ! Mais bon, revenons à la personne la plus importante du monde. Comment ça qui ? MOI. Si j’étais un super-méchant, d'abord, je changerais le nom de « super-méchant ». Car « super » implique quelque chose de cool... Disons donc « horrible-méchant ». Si j’étais un horrible-méchant, je supprimerais les devoirs et les fautes de français (je vais être adulé par tout les enfant du monde). Si j’étais un horrible-méchant, je pourrais dire à ma vie de merde d’aller se faire foutre. Quand je serai un horrible-méchant, je serai libre car contrairement à un super-imbécile (pardon héros) je n’aurai aucun engagement stupide à tenir envers les « pauvres gens » : sans principes, sans amour, sans contraintes, je serai libre, vraiment libre. Mais malheureusement, je ne suis pas encore un horrible-méchant. Donc je vais mettre une « jolie » robe (vous savez, celle que vous cachez au fond de votre armoire mais que vos parents trouvent quand même). Et descendre saluer les invités d’un « Bonjour Madame » et d’un « Bonjour Monsieur » sans penser à les trucider (ou essayer) quand ils me diront « Oh ! Mais qu'elle est mignonne! ». Dans ces moments où j’ai envie de crier « Arrêtez de me prendre pour un animal de foire ou vous le regretterez quand je serai un horrible-méchant ! » Aujourd'hui, ils me rigoleraient au nez. Ou m'engueleraient grave. C’est dur la vie des horribles-méchants. Mais, encore quelques années, et j'y arriverai.

J'aime | 33